Témoignage de Gilles

Publié mars 11, 2014 by Gilles Georgel in Témoignages

Je suis né catholique. Je n’ai pas choisi de l’être. Mes parents me l’ont imposé par le baptême alors que je n’en avais aucune conscience. J’ai suivi comme tout enfant de mon âge le catéchisme jusqu’à l’âge de 13 ans, année de ma « communion ». Ce passage obligé par cette pratique religieuse imposée m’a rendu allergique. Je trouvais la religion ennuyeuse et les pratiquants hypocrites. Jusqu’à l’âge de 18 ans, je ne me suis plus intéressé à quoi que ce soit de religieux. Dans cette période d’adolescence, un sentiment de mal-être croissant s’est développé dans ma vie. L’ambiance familiale était mauvaise. Elle me laissait devant un grand vide.

Comme tout garçon normal, j’étais attiré par les filles. Je n’avais cependant aucune confiance en moi. Je n’avais envie que d’une chose : m’échapper du milieu familial. Vers 17 ans, je me suis rattaché à un groupe de jeunes un peu utopistes. Nous nous retrouvions dans les bois autour de feux de camp à philosopher pendant des heures. La société, le monde étaient pourris. Il fallait inventer autre chose. L’amitié et la philosophie n’ont pourtant pas chassé le vide. Je m’accrochais au groupe fait de jeunes aussi paumés que moi. Un jour, suite à une dispute violente avec mon père suivie d’une fugue, la crise a atteint son paroxysme.

C’est à ce moment-là que la Bible a croisé mon chemin. Elle m’avait été envoyée par mon frère aîné, à l’armée en Martinique. Il venait de vivre une expérience spirituelle qui avait changé sa vie. Un échange de courrier a commencé entre nous. Il m’apprit à connaître Jésus autrement que sous les traits que l’on m’avait enseigné. Au début, je ne comprenais pas grand chose de ce que mon frère me disait. Mais je le constatais : sa vie n’était plus la même !

Je voulus en avoir le coeur net. Et si mon frère avait trouvé ce que je cherchais, ce à quoi mon coeur aspirait ? Je décidai de m’isoler du groupe pour lire le Nouveau Testament. La lecture dura trois semaines environ. Avant d’ouvrir le livre, je priais Dieu lui disant : si tu existes, aide-moi à comprendre. Un soir, la lumière se fit. C’était comme si mes yeux s’ouvraient. Je comprenais que mon malheur était dû au fait que j’étais séparé de Dieu et soumis à des puissances spirituelles obscures. Il y avait bien des choses dans ma vie dont j’avais honte. Je compris que, non seulement Dieu, mais Satan aussi existait… et que j’étais sous sa coupe. A l’écoute du témoignage de mon frère, je compris le sens de la venue de Jésus, le Fils de Dieu, de sa mort et de sa résurrection. Jésus était le Libérateur dont j’avais besoin. Il était venu pour porter mes péchés (mes fautes) et rétablir par le pardon la relation rompue avec Dieu. Il attendait juste que je lui remette le gouvernail de ma vie.

C’est ce que j’ai fait dans une prière courte, simple, personnelle et profonde. Je lui ai dit que je ne voulais plus être celui que je suis. Je lui ai demandé qu’il entre dans ma vie et la change. A l’instant même, il répondit. Une joie immense m’a envahi en même temps que disparaissait le mal-être, l’ennui qui me rongeaient. Toute ma façon de vivre et de penser en fut réorientée. Une soif de Dieu me poussa à dévorer la Bible qui me parlait comme un livre ouvert, vivant. Rapidement, la conviction naquit en moi : si je devais vivre, ce serait pour faire connaître à mes concitoyens ce Jésus qui était vivant et qui venait de transformer ma vie.

C’est ce que j’ai fait. Je suis parti me former auprès de pasteurs dans une école biblique… tout en continuant à garder le contact avec mes anciens amis. La source de la haine accumulée contre mon père pendant des années se tarit. Je lui écrivis pour lui demander pardon pour mes attitudes, tout en lui expliquant ce que je vivais avec Dieu.  Quatre ans après moi, trois de mes meilleurs amis d’autrefois vécurent la même expérience. D’amis, nous étions devenus frères et soeurs dans la foi. Cette expérience remonte à plus de 35 ans. La vie de Jésus continue d’habiter mon coeur et mon esprit. Ma foi a été éprouvée, mais elle s’est enracinée dans des certitudes profondes. Je fais l’expérience que je reste « pécheur », c’est-à-dire faillible, enclin au mal par nature. Mais je vis aussi que Dieu est fidèle et que son pardon a toujours la même puissance pour me relever et me purifier.

Jésus, c’est Dieu qui se rend proche, accessible à chacun. Il n’est pas venu pour condamner, mais sauver. Il ne nous dit pas : « Améliore-toi, fais des efforts pour être différent », mais ‘Invite-moi à venir habiter dans ta vie. Nourris-toi de moi, de ma parole et Je te changerai. » Il donne son Esprit à qui lui ouvre grand la porte de sa vie. N’hésitez pas à faire appel à lui. Il ne met jamais dehors celui qui frappe à sa porte pour être secouru et renouvelé !

Pour joindre Gilles : https://www.facebook.com/gilles.georgel

Lire ailleurs le témoignage de Gilles : mystory.me/gilles-georgel

No Response to “Témoignage de Gilles”

Leave a Comment

#header {background:#fff;}